Trading-Attitude
Le deep learning appliqué à la bourse !

 

Nous respectons vos données personnelles. Nous détestons les spams. C'est pour cela que nous nous engageons à ne pas vendre votre adresse email.
Email Marketing by AWeber

Fin de bulle haussière : l’analogie de l’élastique

by Michel 0 Comments

J’ai pensé à une analogie intéressante pour décrire la fin de bulles haussières. Je pense qu’elle vous aidera à comprendre ce qui se passe quand le bitcoin dégringole. Comme il l’a fait la semaine avant Noël. Comprendre cette analogie va vous aider à mieux comprendre les mouvements des prix. Et cela évitera de parler de krach à tout bout de champ.

 

fin de bulle haussiere

 

Une bulle haussière c’est comme une marmite sous pression

Tout d’abord, une chose à comprendre. Une bulle c’est une formidable machine à accumuler de l’énergie. Une énergie potentielle.

Vous comprenez que si l’on fait monter un wagonnet au sommet d’une colline il faut de l’énergie.

Une fois au repos en haut, si on le pousse il redescend. Tout seul. En libérant l’énergie potentielle de gravité. Il acquiert de la vitesse. Le fait de le monter au sommet a accumulé de l’énergie potentielle de gravité.

Dans une cocotte minute la chaleur du feu fait bouillir l’eau. L’eau se transforme en vapeur. La vapeur prend plus de place. Elle pousse sur les parois. De l’énergie s’accumule. Et pourrait faire exploser la cocotte.

 

Avant la bulle haussière

Avant la bulle il faut accumuler de l’énergie. Ce sont des investisseurs qui voient un certain potentiel dans l’action. Ou qui veulent organiser un pump and dump.

Cela ne se voit pas.

Enfin, si.

Le prix de l’action cesse de baisser. Les volumes augmentent. Même si cette histoire de volume n’est pas toujours précise.

Il y a ce que l’on appelle de l’accumulation.

C’est assez imperceptible. Mais c’est là qu’il faut se placer. Pas à la fin de la bulle haussière !

 

Avant le départ de la bulle haussière

À un moment, la vapeur commence à s’échapper de la cocotte. On a les premiers breaks. Et je ne parle pas de voiture :-) !

On peut entrer à ce moment-là. Mais si on n’est pas encore sûr, on attendra.

 

Mon analogie

Mon analogie n’est pas celle de la cocotte. On va plutôt imaginer un élastique. Et une machine qui va, entre deux mâchoires, étirer l’élastique. Un peu comme ça.

 

Pendant la bulle

Pendant la bulle l’élastique prend de plus en plus de longueur. Il s’étire. S’affine. En bourse, les bougies des séances s’allongent. Les séances à +5%, +10, +20% s’enchaînent. Toutes vertes. C’est-à-dire haussières.

 

À la fin de la bulle haussière…

Vient un moment où l’élastique casse. Parfois on le voit se désagréger lentement. En bourse un doji ou une séance baissière mais pas trop apparaît. Puis les séances baissières se multiplient.

Sur GBTC on a eu une première séance baissière contenue dans la précédente bougie verte. Puis deux longues bougies rouges : l’élastique rompt.

Si l’on filmait au ralenti on verrait les deux bouts de l’élastique osciller de bas en haut. Et inversement. Successivement.

Il survient alors ce que j’appelle le « n’importe quoi ». Qu’il ne faut pas confondre avec un krach. Voici un vrai krach.

Les cours montent et descendent. De façon erratique.

 

Le n’importe quoi

Le n’importe quoi c’est cette période à la fin d’une bulle de Bollinger. Les cours ne savent pas vraiment où aller.

En général il faut attendre la fin de cette période pour voir où les cours vont repartir.

 

La dérive latérale

Quand la période d’indécision que j’appelle le n’importe quoi est terminée, il se met en place une dérive latérale.

Si ce n’est pas le cas, on entre en tendance baissière. Ou parfois haussière (bottoms en V).

Mais sinon, on a une dérive latérale. C’est quand les cours se déplacent surtout latéralement.

En fait, il y a accumulation. Et on est prêt pour repartir à la hausse. Et construire une nouvelle bulle haussière.

Notre machine recommence avec un autre élastique.

 

Illustration

Voici un graphique de GBTC qui illustre cela. On remarquera que les premiers breaks sont indiqués par nos indicateurs techniques oranges. L’accumulation est en bleu.

 

analogie elastique bulle haussière

 

Et alors ?

C’est ce qui arrive sur le bitcoin depuis un certain temps. Maintenant, vous savez quoi surveiller.

Et, surtout, vous savez :

  • Qu’il ne faut pas acheter avant que l’élastique casse.
  • Qu’il faut acheter lors de l’accumulation ou lors des premiers breaks.
  • Qu’il faut vendre à l’apparition d’une première bougies rouge.

 

Illustration : Ryan McGuire

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge