Trading-Attitude
Apprendre la bourse en ligne facilement et gagner de l'argent avec les actions, les CFD ou le Forex

 

Nous respectons vos données personnelles. Nous détestons les spams. C'est pour cela que nous nous engageons à ne pas vendre votre adresse email.
Email Marketing by AWeber

Gagner avec les options binaires avec 3 stratégies faciles

 

Options binaires

Utilisez les options binaires pour faire pencher la balance en votre faveur même si vous n’y connaissez rien à la bourse ou aux options.

Vous avez certainement déjà acheté des actions. Le plus facile est de les acheter. Mais quand il s’agit de les vendre, là les difficultés commencent.

En fait, on ne sait pas quand vendre.

On s’attache à nos chères actions.

On les aime.

On les voit monter avec plaisir et on se met secrètement à espérer qu’elles monteront toujours.

Oui, oui, oui ! Ne mentez pas ! Je vous ai vu !

 

Et puis le réveil est douloureux.

Les plus chanceux s’en sortent légèrement positifs, ou flat.

Les autres gardent des actions qui plongent.

Les lignes et positions  négatives s’accumulent dans les portefeuilles et on espère que cela va remonter un jour.

Avouez que cela vous est déjà arrivé ou que cela vous arrive peut-être en ce moment !

Osez dire que vous n’avez pas de telles lignes dans votre portefeuille chez votre broker – de vieilles lignes qui puent !

 

Vous est-il parfois (ou souvent) arrivé de vendre après avoir perdu 50% de vos gains potentiels – voire vendre au plus bas ?

C’est vraiment ennuyeux de voir ses actions gonfler, prendre de la valeur et penser que l’on gagne de l’argent, pour découvrir quelque temps après que… non – on est dans le rouge !

 

Et savez-vous à quoi cela est dû ?

Le grand secret c’est que la plupart des traders et investisseurs

ne savent pas quand revendre un titre qu’ils ont en portefeuille !

 

Les options binaires doivent leur grand succès au fait qu’elles vous permettent de vous remplir les poches sans rien connaître à la bourse et sans vous poser la question de quand vendre.

Si vous voulez tout de suite passer à l’action, allez tout de suite voir les stratégies en fin d’article…

 

Mais avant d’aborder la théorie des options binaires, laissez-moi vous conter une histoire.

 

Dans La Politique, Aristote, relate une histoire à propos de Thalès, le philosophe et mathématicien qui vous a torturé des siècles après en classe.

À l’époque (et encore maintenant) la valeur des choses et des êtres se mesure à l’aune de la richesse.

Il en était ainsi de la philosophie et des philosophes, dont Thalès, tous pauvres.

Tout ceci chauffait les oreilles du mathématicien, alors, celui-ci employa ses capacités à lire dans les astres pour faire taire les médisants.

Dans les étoiles il vit que la prochaine récolte d’olive serait très abondante.

Il alla trouver les propriétaires de pressoirs et leur acheta le droit d’utiliser en priorité leur presse au moment de la récolte.

Comme il le fit bien avant la date, alors que la demande était faible, il obtint ce droit pour une bouchée de pain (c’était le régime crétois ;-)).

Lorsque la récolte, en effet abondante, fut venue, les producteurs se trouvèrent fort dépourvus. Ils ne purent utiliser les pressoirs qu’en payant une forte somme à Thalès (il faut presser rapidement les olives pour faire une bonne huile).

Il empocha une petite fortune sonnante et trébuchante et fit mentir tous ceux qui disaient que les philosophes étaient pauvres et leur philosophie inutile.

Moulin à vent
Les pressoirs firent la fortune de Thalès grâce aux options

 

On cite souvent cette anecdote pour dire que Thalès a été le premier utilisateur d’option de l’histoire.

Nous verrons plus loin qu’il reste encore quelque chose des grecs dans les options.

 

« Prendre ou acheter une option d’achat est le fait d’acheter le droit d’acquérir un actif sous-jacent à une date donnée (dans le futur) et à un prix donné fixé à l’avance. »

La Sérénissime République de Venise fut quelques centaines d’années plus tard aussi utilisatrice d’options.

Les marchands payaient une prime pour avoir le droit d’acheter la cargaison d’un autre bateau quand ils attendaient une livraison par mer. Les pirates et tempêtes faisaient que certaines cargaisons n’arrivaient jamais. Ils s’assuraient donc d’avoir des marchandises à vendre.

C’est du terme premium (le montant payé pour acheter le droit) que vient la notion de prime d’assurance.

Une assurance est une option d’achat de compensation.

Mais jusqu’aux années 80 il a été fait peu d’usage des options.

Dans les années 70 deux personnages très connus en finance, Black et Scholes, ont trouvé une formule qui permettait d’évaluer les options.

Dès lors l’essor de ces produits dérivés (c’est comme cela qu’on les appelle, car ils dérivent d’un actif sous-jacent).

Mais après l’histoire, voyons un peu la théorie.

La théorie des options classiques et binaires

Une option est basée sur un sous-jacent. Ce peut être une action, un indice, une monnaie, une matière première, etc.

Une option d’achat, ou call, est le droit d’acheter cet actif sous-jacent à un prix donné, appelé strike ou encore prix d’exercice, à une date appelée date d’échéance.

Une option de vente, ou put, est le droit de vendre cet actif sous-jacent à un prix d’exercice donné à la date d’échéance.

Le prix payé pour acquérir ce droit s’appelle la prime ou premium.

On distingue les options classiques, dites vanille, des options exotiques.

Une option vanille est une option cotée sur un marché organisé (la bourse, le Monep, le Matif) et dont le prix est simple à calculer.

Une option exotique est une option dont le prix est plus compliqué à calculé. Elle n’est pas forcément cotée car elle peu-être construite sur mesure pour les besoins d’un investisseur.

Les options binaires sont des options exotiques.

Payoff

Le payoff est le flux que l’on reçoit à l’échéance de l’option. On parle aussi de payout.

On peut tracer la courbe du payoff d’un call vanille de la façon suivante.

Payoff d'un call vanille
Payoff d’un call vanille

En clair :

  • on gagne de l’argent si le cours du sous-jacent à l’échéance est supérieur au prix d’exercice (strike) + la prime payée.

Dans ce cas on dit que l’on est dans la monnaie.

Dans le cas contraire on est hors de la monnaie.

 

Options binaires

Nous venons de voir que le payoff était une fonction linéaire (aïe les maths) du cours du sous-jacent.

Il y a 10 types de personnes : celles qui comprennent le binaire et les autres.

Dans le cas d’une option binaire (que l’on appelle aussi option digitale), le payoff c’est tout ou rien.

Si le prix d’exercice est atteint à l’échéance, on touche une certaine somme, sinon on perd tout.

Le payoff est de la forme suivante.

Payoff d'une option binaire
Payoff d’une option binaire

 

Il n’y a plus de linéarité, c’est tout ou rien.

Dès que l’on a atteint le prix d’exercice, on gagne une somme connue d’avance.

En revanche, on perd tout si à l’échéance le cours du sous-jacent est en deçà du prix d’exercice de l’option.

Option one touch

Une option one touch est une option binaire, mais le payoff est touché dès que le prix d’exercice est atteint, sans attendre l’échéance.

 

Évaluation des options

Les options sont assez difficiles à évaluer – on dit pricer. Cela fait plus sérieux !

C’est même le fondement de toute la finance moderne.

Black et Scholes ont réussi à trouver une formule permettant de calculer la valeur à un instant t d’une option vanille.

Cette valeur, pour les puristes, se calcule en actualisant en temps continu le payoff de l’option et en utilisant l’axiome fondamental de la finance moderne : l’hypothèse d’absence d’opportunité d’arbitrage (AOA).

Il y a une flopée d’hypothèses à respecter, et on obtient à la fin quelque chose comme :

La formule de Black et Scholes
La formule de Black et Scholes donnant la valeur d’une option d’achat vanille

avec :

  • K le prix d’exercice
  • S le cours du sous-jacent
  • N la loi normale
  • r le taux d’intérêt sans risque
  • t le temps
  • T la date d’échéance
  • σ la volatilité

Cette formule s’obtient par dérivation d’une équation différentielle stochastique décrivant un mouvement aléatoire log-normal, en utilisant le lemme d’Itô.

Pour les frappadingues des calculs, je recommande l’excellent livre Paul Wilmott on Quantitative Finance, qui explique tout ceci de façon élégante et amusante (mais en anglais).

 

Cette formule est la manière la plus simple de calculer la valeur d’une option.

 

Le pricing des options exotiques ne peut pas toujours se faire par des formules. Parfois il se fait par des méthodes numériques, comme par exemple les méthodes à base d’arbres binomiaux.

 

Le problème avec les options vanille, c’est que…

La valeur de l’option vanille diminue avec le temps

En effet, la valeur d’une option est la somme de :

  1. la valeur intrinsèque (la valeur qu’aurait l’option si elle arrivait à échéance)
  2. une valeur appelée valeur temps.

Plus le temps passe, plus la valeur temps diminue. Ce phénomène peut s’expliquer par le fait qu’à l’échéance il n’y a plus rien à anticiper, donc à espérer. Pas de gain, donc pas de valorisation supérieure.

Une option pouvant posséder une échéance de 3 mois à 2 ans et plus, on voit que le temps peut faire des dégâts – et pas que sur nous.

 

L’option fluctue aussi en fonction d’autres paramètres

La valeur de l’option fluctue aussi selon d’autres paramètres.

On mesure ces variations à l’aide de variables que l’on appelle les grecques – en hommage à Thalès ?

  • Le delta mesure la variation du prix d’une option lorsque le prix du sous-jacent varie de 1 (c’est la dérivée première du prix de l’option par rapport au prix du sous-jacent).
  • Le gamma mesure la variation du delta lorsque le prix du sous-jacent varie de 1 (c’est la dérivée seconde par rapport à S).
  • Le véga mesure la variation du prix de l’option pour une variation de 1% de la volatilité implicite.
  • Le théta mesure la variation du prix de l’option à mesure que le temps passe.
  • Le rhô mesure cette variation pour une variation de 1% du taux d’intérêt sans risque.

On pourrait s’attendre au fait que le prix de l’option ne varie qu’en fonction de celui du sous-jacent. Eh bien non !

La valeur de l’option peut changer du jour au lendemain, à cours du sous-jacent constant, si les taux d’intérêt baissent ou montent, ou si la volatilité implicite fluctue !

 

Un mot sur la volatilité implicite

La volatilité implicite (à ne pas confondre avec la volatilité historique) est un paramètre important dans le calcul de la prime de l’option.

C’est aussi, pour les market makers (les institutionnels et traders qui sont chargés de fournir des fourchettes de cotations) une variable d’ajustement.

C’est vous dire que le pricing d’une option n’est pas très loin d’une arnaque.

Cela dit, si vous estimez que le prix d’un sous-jacent (action, indice, matière première) va monter, l’achat d’un call peut vous faire gagner plus d’argent que l’achat du sous-jacent.

 

L’effet de levier

En effet, les options présentent un effet de levier (à cause du delta).

Le delta est souvent supérieur à 1. Il peut être 5 voire 10.

Cela signifie que si le sous-jacent varie de 1 euro, l’option variera de δ euros.

On peut donc :

  • soit mobiliser moins de capital et gagner autant d’argent qu’en achetant un plus gros montant d’actions
  • soit mobiliser le même capital et gagner δ fois plus.

On peut aussi perdre beaucoup plus.

Les risques

Vos risques sont limités au capital investi pour ce qui est de l’achat de call. Et, à cause de l’effet de levier, cela peut aller très vite.

Par contre, si (et c’est possible) vous vendez à découvert un call, les pertes peuvent être infinies (en tout cas très élevées si l’action monte très vite).

Les options vanille ne sont pas pour les débutants

À cause de l’effet de levier, de la déperdition de valeur avec le temps et des variations de volatilité et taux, les options vanilles sont à déconseiller aux débutants.

Nous allons voir plus loin pourquoi les options binaires sont plus appropriées.

Comment cela fonctionne en pratique

En pratique, sur le site d’un broker qui propose des actions binaires, on va vous proposer des options digitales sur différents sous-jacents :

  • actions,
  • Forex,
  • commodities (matières premières)
  • indices.

Les options binaires proposées ont souvent une échéance très courte, inférieure à l’heure.

Le broker va en fait vous proposer de choisir 5 choses très simples :

  • un sous-jacent
  • un type d’option (binaire, one touch, range, etc)
  • une échéance
  • une direction (up ou down)
  • un montant à miser.

Après il n’y a plus rien à faire. Il faut juste attendre.

C’est donc très simple. Quelques minutes plus tard vous savez si vous avez gagné ou pas.

Et la somme gagnée ou perdue est connue dès le départ. Pas de surprise comme avec les actions !

Comment gagner avec les options binaires ?

Comment gagner en bourse, au poker ou au casino ?

Tout d’abord, je vais vous dire comment gagner aux jeux d’argent :

 

pour gagner aux jeux d’argent il faut gagner plus que ce que l’on perd.

 

Facile à dire, me dites-vous !

Mais c’est vrai !

Il y a au moins deux façons de le faire :

  • soit on gagne ou on perd chaque fois la même somme et on gagne plus souvent que l’on ne perd
  • soit on gagne de plus grosses sommes quand on gagne et quand on perd, on perd de plus petites sommes.

Illustrons cela.

Une histoire de probabilités

Supposons que l’on joue à un jeu où l’on gagne à chaque tirage une somme positive ou négative.

À la fin des tirages on compte l’argent que l’on a ou que l’on doit.

Voyons les deux cas présentés dans l’image suivante (pertes en rouge).

Probabilités de gains
Probabilités de gains dans deux types de tirages

Dans le premier jeu on peut gagner des sommes plus grosses.

On constate que l’on perd plus souvent que l’on gagne. Malgré tout, comme on touche un plus gros gain les deux seules fois où l’on gagne, le gain final est positif.

Dans l’autre jeu, les sommes gagnées et perdues sont les mêmes. Dans ce cas il faut gagner un plus grand nombre de fois pour être positif à la fin.

Donc, pour gagner en bourse, au poker ou au casino il faut :

  • soit gagner petit souvent,
  • soit gagner gros de temps en temps.

 

L’exemple des options binaires

Prenons un exemple simple avec les options digitales.

On mise 100 euros et on peut gagner 75 euros ou perdre la totalité des 100 euros.

L’espérance mathématique de gain est :

E = 75 x p – 100 x (1 – p)

où p est la probabilité de gagner.

Sur un grand nombre de trades, sauf si vous êtes Pierre Richard dans un film bien connu, dans le cas d’une option binaire, vous avez en moyenne raison une fois sur deux (c’est comme à pile ou face).

Donc, si p = 0,5, E = -12.5

En moyenne, avec une option binaire vous perdez de l’argent.

Maintenant, supposons que p = 0,75 (on gagne 3 fois sur 4).

On obtient E = 31,25 euros en moyenne.

Inversement, pour être à l’équilibre il faut que p = 100/175 = 0,57.

Il faut donc gagner 58 fois sur 100 seulement en moyenne pour commencer à être positif.

Cela ne paraît pas infaisable.

 

Faire pencher la balance

Moi qui n’étais pas trop favorable aux options binaires, je me suis dis qu’il y avait sûrement un moyen de poser le doigt sur le plateau de la balance pour al faire pencher du bon côté, non ?

Si l’on pouvait augmenter la probabilité de gain pour qu’elle dépasse 0,58 on serait en moyenne gagnant.

Encore faut-il survivre aux cas où l’on perd N fois de suite.

Le money management

C’est là qu’intervient le Money management.

Pour survivre aux longues périodes de pertes successives, il faut que :

  • l’on mise petit par rapport à son capital (1 à 10%)
  • l’on aie un capital suffisant.

En effet, imaginons que vous misez 20 euros à chaque coup et que votre capital soit de 200 euros.

Si vous perdez 10 fois de suite (ce qui peut en toute probabilité arriver), votre compte est vidé.

Il faut donc avoir un capital suffisant et des mises suffisamment petites pour être capable de survivre.

Maintenant, voyons comment faire pencher la balance.

 

Le problème des traders : savoir quand vendre

Les traders et investisseurs sont tous confrontés aux mêmes problèmes :

les traders ne savent pas quand vendre.

Il est très facile d’acheter, mais il est beaucoup plus dur de vendre :

  • soit on est gagnant et l’on a peur de passer à côté de la grande hausse
  • soit on est perdant et on espère se refaire
  • soit on est flat et on décide d’attendre… jusqu’à ce que l’on soit (en général) perdant.

 

Les avantages indéniables des options binaires

Les options digitales ont un plus très important qui contribue à résoudre le principal problème des traders :

Avec les options binaires on achète, puis on oublie.

 

C’est comme avec les missiles « fire and forget« . Le système gère tout tout seul.

Vous choisissez up ou down et c’est parti !

Autre avantage : on connaît à l’avance les pertes possibles.

Contrairement aux futures ou aux CFD et Forex, on ne peut pas vider son compte avec un seul trade (si la somme jouée n’est pas égale à son capital).

Cela ôte donc un des plus gros problèmes des traders : la difficulté à couper ses pertes.

Les options binaires sont donc un véhicule de trading très pratique et très facile pour les débutants.

Nous allons voir comment gagner avec elles.

 

3 stratégies pour gagner avec les options binaires

Je vais maintenant vous présenter 3 stratégies pour trader avec les options binaires.

Ce ne sont pas des baguettes magiques, mais elles peuvent piper les dés en votre faveur.

Stratégie de trading avec options binaires n°1

La première stratégie est la plus risquée.

Elle fait intervenir un oscillateur, c’est-à-dire un indicateur d’analyse technique qui va détecter les creux de marché.

Le problème avec les options digitales, c’est qu’il faut être dans le bon timing.

En effet, un oscillateur permet de trader dans une zone que l’on appelle trading-range, zone dans laquelle les cours oscillent entre deux bornes de prix.

Les options binaires étant limitées dans le temps, il faut que l’échéance tombe au bon moment.

Prenons un exemple.

Pour ce faire, ouvrez l’url :

http://www.netdania.com/Products/live-streaming-currency-exchange-rates/real-time-forex-charts/FinanceChart.aspx?m=c

Le site Netdania offre des graphiques intraday pour le Forex. Vous pouvez même configurer des indicateurs.

Choisissez l’unité de temps 5 minutes et, grâce au menu Studies, ajoutez un Stochastique Full (14, 3, 3).

Cela donne à peu près ça :

Option digitale et indicateur stochastique
Option digitale et indicateur stochastique

 

Il est assez facile de constater que lorsque l’indicateur en bleu (un Stochastique 14, 3, 3) réalise un creux proche de 0 (en fait, sous 20) les cours dessinent aussi un creux.

La stratégie est par conséquent d’acheter le call binaire lorsque le Stochastique sort de son creux.

Chaque bougie représente 5 minutes, charge à vous de vérifier que l’échéance de l’option est suffisamment lointaine, mais pas trop.

Le risque est que les cours montent puis redescendent juste avant l’échéance.

Pour éviter cette situation, peut-être est-il mieux de choisir une option One Touch.

À vérifier également : cette stratégie nécessite que l’on ne soit pas dans une tendance baissière.

 

Stratégie de trading avec options binaires n°2

La voie royale pour jouer sur les options binaires reste quand même la tendance.

Et comment reconnaît-on une tendance ?

Certains vous disent : « ça monte » !

En fait il y a une règle très simple et que l’on nomme parfois la règle des vagues de Dow.

Quand les cours dessinent des plus bas plus élevés que les précédents et des plus hauts plus élevés que les précédents, on se trouve dans une tendance haussière.

Les vagues de Dow
Les vagues de Dow pour détecter les tendances

 

Sur le graphique suivant, les flèches rouges désignent les plus bas de plus en plus hauts.

Les flèches vertes désignent les plus hauts successivement plus hauts les uns que les autres.

Et les flèches noires indiquent les points où le dernier plus haut est dépassé à la hausse.

 

On appelle ces points des breaks (rien à voir avec la voiture – les SW pour ceux qui n’ont pas connu les breaks).

C’est en ces points pointés par les flèches noires que l’on pourra acheter le call binaire.

La probabilité que les cours soient plus élevés à l’échéance de l’option binaire est alors maximisée.

 

Options binaires et vagues de Dow
Options binaires et vagues de Dow

 

En pratique, comment faire ?

Vous allez sur le site NetDania et affichez les graphiques des différents actifs financiers, puis essayez de trouver une tendance.

Ensuite, quand vous avez repéré un break, choisissez une option avec une échéance adaptée (suffisamment courte) et achetez.

 

Stratégie de trading avec options binaires n°3

Plus rarement on peut profiter d’un mouvement brusque et parfois puissant des cours.

Cela arrive lorsque des news tombent. Tout site consacré au Forex publie son calendrier des news.

Si vous vous abonnez à la liste de diffusion du site Forexagone, vous recevrez par email la veille les heures des news du lendemain ainsi que leur détail.

Au moment venu il ne reste plus qu’à détecter dans quel sens les cours partent et entrer dans le mouv’.

Voici un exemple de mouvement brusque sur la paire USD/JPY :

Option binaire et news
Option binaire et news

 

Attention : pour suivre les cours il faudra peut-être se placer en unité de temps 1 minute.

 

Les dangers des options binaires

Ne rêvons pas, les options binaires ne sont pas LA baguette magique qui vous fera gagner à tous les coups.

Il y a des risques.

Premièrement, quand on se trompe, la sanction est immédiate : on perd pratiquement toute la mise.

Deuxièmement : le timing est très important.

En effet, il faut avoir raison à un horizon bien défini. Pas de seconde chance, contrairement aux actions ou au Forex.

Pas de moyenne à la baisse possible (certains ne conseillent pas de le faire, mais cela peut parfois être très bénéfique).

Pas de revente possible.

Les options binaires ne doivent être envisagées que dans les conditions suivantes :

  • vous n’y consacrez qu’un petit budget (cela tombe bien vous pouvez ouvrir des comptes à partir de 500 euros, peut-être moins chez certains brokers)
  • vous jouez très peu à la fois
  • vous prenez plaisir à jouer comme au poker.

Les précautions à prendre avec les options

Le montant par trade

Si le montant déposé sur votre compte est 500 euros, ne jouez pas plus de 50 euros par trade.

Votre exposition ne doit pas dépasser 10%. Et encore, c’est beaucoup trop.

En théorie, vous ne devriez pas perdre lors d’un trade plus de 2% de votre capital.

En effet, même si en moyenne vous gagnez 70 sur 100, rien ne vous empêche, statistiquement, de perdre 30 ou 50 fois de suite. C’est possible !

Il faut donc pouvoir survivre à une suite de pertes.

 

Le capital total

De même, n’engagez au total qu’une très faible part de votre épargne.

 

Choisir le bon broker

Il faut bien choisir son broker et étudier les conditions générales.

JE N’AI PAS DU TOUT TESTÉ LES BROKERS CI-DESSOUS !

Je vous conseille, avant d’investir, de consulter les avis.

 

La seule chose à faire, si cela vous intéresse, c’est d’essayer.

 

Lancez-vous !

Vous voulez défier les dés ? Prouver à Tata Simone que vous n’êtes pas un incapable 😉  ?

Alors lancez-vous ! Rappelez-vous qu’il suffit de faire pencher la balance.

 

Mise à jour de l’article : j’avais sélectionné quelques brokers pour que vous puissiez vous lancer, mais vu la réputation douteuse de beaucoup de brokers options binaires et le peu d’intérêt de jouer à ce jeu-là, j’ai retiré ces liens.

Lisez plutôt mon dernier article sur les options binaires. Comment certains escrocs vous guettent…

 

PS : investir avec les options binaires est risqué. N’allouez qu’un faible capital à ce trading-là.

 

Image : Stuart Miles, m_bartosch FreeDigitalPhotos.net

Mots-clés: comment gagne aux option binaire facilement, trader les 15mn gagnant pdf

Comments ( 43 )

  1. ReplyVincent de Blog Trading
    Hello Michel, bravo pour cet article très complet sur les options, sujet qui est fortement médiatisé et très mal compris. Sans vouloir entrer dans la polémique, je conseille à tes lecteurs de consulter ce document officiel de l'AMF : http://www.amf-france.org/documents/general/10621_1.pdf
    • ReplyMichel
      Merci pour cette info, Vincent. Y a-t-il le même document pour le poker ? ;-)
      • ReplyVincent de Blog Trading
        Si l'AMF n'a pas ce document dans ses cartons, on ne pourra pas trop lui en vouloir. Maintenant, l'ARJEL peut avoir cela.
        • ReplyMichel
          Vincent a réponse à tout :-) Pour moi, options binaires et poker ont des similarités... Comme dans tout jeu ou tout sport, il vaut mieux avoir lu les règles et avoir un petit plus, comme Monsieur Williams S..n
  2. ReplyMary du Robots-Trading.com
    Je suis impressionnée par cet article très complet. Mais je reste assez septique sur les options binaires. Merci beaucoup.
    • ReplyMichel
      Une chose est sûre : les gagnants ont joué. Et puis, on n'est pas obligé de jouer toute sa fortune... Il faut comprendre une chose : certaines personnes n'ont pas envie de se former à l'analyse technique ou fondamentale. Trop long, trop compliqué. Il leur faut donc des raccourcis ludiques. N'es-tu pas d'accord là dessus ?
  3. ReplyDory
    Bonsoir Michel, Votre article est très bien détaillé mais il manque un donné important qui change tous les paramètres en nous rendant perdant à quasi 100%, je parle de la plateforme. [contenu modéré]
    • ReplyMichel
      Merci pour ces précisions, Dory. Il faut effectivement bien choisir sa plateforme.
      • ReplyMichel
        Acheter un IPAD coûte cher et ne rapporte en aucun cas, mais tout le monde est content de payer une fortune un appareil qui pollue. Soyons positifs, ouverts mais PRUDENTS !
        • ReplyDory
          Je te parie une bouteille de champagne que si tu aura un témoignage gagnant il vantera la plateforme qu'il utilise a outrance :) je dit cela car c'est ce que j ai vu sur des forum sur les options binaire. Concernant le poker j'y ai joué pendant 5 ans il y a 2 ans j'avais même pris une année pour voir si je pouvais en vivre, J'ai vécu plein d'aventure j'ai été à LV 2 semaines rencontré plein de gens, m enfin c'est une autre histoire mais au poker si tu as la chance et le skill tu gagneras [modéré] . Pour répondre à ta question je n'ai pas testé les Ob [modéré] et comme tu le dis dans ton article contrairement aux options classiques qui fonde car le temps passe on parle de jours de semaine elles valent toujours quelque chose tant que la date n'est pas passée. [modéré]
  4. Replym
    Bonjour Michel 100% des perdants ont joué, eux aussi. Plus sérieusement, est ce que tu as personnellement une expérience des options binaires et des statistiques ?
    • ReplyMichel
      Mister Michel ! Mes seules options binaires c'est les providers de Zulutrade ! Et ça les vaut ! Je voulais faire un article sur ce sujet d'actualité et essayer de trouver un avantage aux options binaires. Mais je ne suis pas adepte des options binaires, notamment à cause des dates d'échéances et du fort effet de levier, mais aussi parce que ce timing trop court n'est pas adapté à mon mode de vie. Et puis, il y a les CFD ou le Forex, que je préfère. J'ai aussi les indicateurs qui me conviennent. Pourquoi avoir écrit cet article ? Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon. Il y a des petits génies qui arriveront à gagner avec les options binaires alors qu'ils avaient du mal avec les actions, tout comme certains ramassent des millions au poker.
  5. ReplyRedGuideFxNet
    Merci pour cet article bien étoffé. Le plus dangereux avec les options binaires c'est de croire qu'on peut prédire l'issue d'une option sur un intervalle de 15 min ou, pire encore, 60 secondes. On nage en plein délire et dans le bruit le plus complet. Ton article me donne quasiment le gout de backtesté une de tes stratégies.
    • ReplyMichel
      Le problème est bien ce timing ! Je ne l'ai pas évoqué, mais tu as raison en disant que l'on nage dans le bruit le plus complet. C'est pour cela que la stratégie 3 me semble la meilleure. Cependant, ne crois-tu pas que dans l'ensemble on a 50% de chance de se tromper ou d'avoir raison. Il suffit que, statistiquement, on ait raison un peu plus souvent... C'est un peu mon pari. Il faut voir cet article comme une sorte d'exercice de style (et j'ai aussi appris à jouer au poker la même semaine, alors ceci-cela...).
      • ReplyDory
        Disons que si c était que cela et qu'il payait leur gagnant ça se tenterait. Maintenant pourquoi pas le tenter mais avec une société sérieuse [modéré]. ;)
  6. ReplyRedGuideFxNet
    Tu as tout à fait raison, on a exactement 50% de chance de gagner ou de perte. Ce qui fait qu'on est loin des 58% nécessaire pour break even. De là à espérer gagner d'une façon consistante, c'est tout un mur. En parlant de poker, je commence à m'y intéresser moi aussi depuis quelques semaines. Et ça me semble assez intéressant. Je ne sais pas si tu as jeté un coup d'oeil sur notre site dernièrement, mais nous avons ajouté une section Liens et je t'invite à s'y rendre pour ajouter ton site avec une belle description digne de sa qualité. http://www.guidefx.net/liens/
    • ReplyMichel
      Mmmh, faire pencher la balance à plus de 58% n'est pas tâche impossible. Je vais voir de ce pas pour ta rubrique liens.
      • ReplyRedGuideFxNet
        C'est juste mon avis, mais je pense que dans les petits timeframes 15min, voire 60s, ça doit est quasiment du 50%.
  7. ReplyDory
    Je comprend pas l’intérêt qu'on peut avoir a vouloir essayer de faire pencher la balance quand on a le FOREX ?? [contenu modéré].
    • ReplyMichel
      Le Forex est incroyablement compliqué pour la plupart des débutants. Et avec le Forex on peut perdre plus qu'une mise limitée. Les options binaires sont plus simples (et ludiques), c'est un de leurs avantages (c'est ce que j'ai essayé de faire ressortir). Désolé pour l'info en direct, je n'ai pas le temps (je me suis couché à 2h hier et j'espère y aller plus tôt aujourd'hui ;-)). Le monde du trading est risqué, et particulièrement les produits à effet de levier. Comme je dis souvent (parce que j'aime taquiner), si tu nages en plein océan atlantique avec une blessure qui saigne, ne t'étonnes pas d'attirer les requins. Est-ce la faute aux requins ? Et puis, investir 500 euros pour voir si cela marche, ce n'est pas la mer à boire. Ce n'est pas non plus une grosse somme. Entre acheter un Ipad ou le dernier Iphone (alors que le mien marche très bien) et essayer le poker ou les options binaires, ... L'un est inutile et fait perdre du temps, l'autre est formateur si ce n'est pas rémunérateur. Bonne soirée !
  8. ReplyVincent de Blog Trading
    Michel [modéré] A ce propos, je vous invite à lire mon coup de gueule sur le scandale de l'euribor [ndlr] de ce début de semaine sur ma page facebook et à le partager si vous êtes en phase avec moi (http://www.facebook.com/leBlogDuTrading/) Take care
    • ReplyMichel
      Vincent, ce sont des messages marketing... Je voudrais apporter un peu de nuance. Pour le scandale de l'euribor, c'est partagé, Vincent ! Je pense que ce n'est pas le dernier scandale...
  9. ReplyMargot
    Moi, si j'essaie un jour, je magasinerai ma plateforme très minutieusement et j'essaierai de faire mes mise avec une martingale pour atteindre le 58%.
    • ReplyMichel
      Une martingale ? Ne vaut-il pas mieux maximiser ses chances en jouant dans les tendances comme je l'explique ?
      • Replymargot
        Je suis d'accord pour suivre les tendances mais elle ne sont pas en ligne droite! Si en général l'option finit plus élevée c'est ce qui nous fait la tendance haussière. Mais puisque les options binaires sont à très court terme, il y a toujours des petites baisses occasionnelles durant cette tendance haussière et si on mise durant ces baisses on perd. C'est après une perte causer par ces mini baisses que je suggère une martingale pour récupérer ce qu'on a perdu à la mise précédente.
        • ReplyMichel
          Oui, mais martingale a une mauvaise connotation. Disons, que tu exploites les probabilités ;-)
  10. ReplyChristophe
    Personnellement, je reproche aux options binaires leur courte durée de vie. [contenu modéré] Sur des échéances de quelques minutes, on est forcément victime d'un mouvement brownien impossible à maîtriser. Ce n'est pas du trading, c'est du casino : après une perte, on tombe facilement dans le piège de miser plus gros dans l'intention de "se refaire". Je trouve Michel que tu y vas un peu fort en présentant les options vanilles sous l'angle de leur complexité. Ces instruments demandent certes un certain effort de compréhension, mais il ne faut pas les croire inaccessibles. Par exemple, on peut lire partout que la vente sèche d'option vanille comporte un risque de perte illimitée. En fait si on creuse la question, shorter un put par exemple, revient à poser un ordre d'achat limit sur le sous-jacent, si on est assigné, ce qui n'est pas si dramatique ! Tu mentionnes que le pricing d'option est pour toi une vue de l'esprit [modéré] en parlant de la volatilité implicite. Quelle que soit l'origine d'une forte volatilité implicite, de mon point de vue, on peut très bien en tirer partie en étant vendeur de volatilité. Je le pratique moi-même avec profit sur les options vanilles sur actions américaines.
    • ReplyMichel
      Bonjour Christophe. Réponse rapide à ton excellent commentaire : Ok pour la courte durée de vie. Mouvement brownien : OK, mais il y a toujours un drift, et dans certains cas (stratégie 3) il est très fort. Mais il y a effectivement un risque. Sauf qu'il faut juste avoir raison 3 fois sur 4 pour être gagnant. Il ne faut pas miser plus gros après une perte. Là c'est l'objet du money management. Les options vanille sont complexes pour les débutants et Monsieur Tout Le Monde. À propos de la volatilité implicite : le reproche que je lui fait est qu'elle sert de variable d'ajustement. Enfin, on peut très bien être gagnant avec les vanilles, peut-être moins avec les binaires, mais la base du trading reste de profiter d'un mouvement de prix. Les vanilles permettent d'avoir un effet de levier. Point. Les produits dérivés existent pour permettre aux banques de gagner plus d'argent dans des opérations automatisées (je mets à par tout ce qui est couverture) et programmables. L'investisseur le plus riche du monde joue sur les actions et l'économie réelle. Pourquoi prendre des risques avec des produits dérivés et des montages nécessitant 3 polytechniciens alors que l'on peut acheter les actions de boîtes qui grimpent de 200 à 1000 % ? Pour toi, la volatilité, les différentes stratégies à base d'options sont simples, mais pour la plupart des gens c'est du chinois. Les OB sont plus familières en ce sens qu'elle ressemblent aux jeux de grattage dans leurs bons côtés : le résultat est presque immédiat et le procédé est simple. Il faut de tout pour faire un monde ! Ma mère perd au loto depuis des années ! On a beaucoup plus de chances de gagner avec les OB ! ;-)
      • ReplyChristophe
        Bonjour Michel En complément à mon précédent commentaire, j'ai publié un article qui traite de la volatilité implicite en tant que composante majeure du premium d'une option. La VI se déduit à partir de la cotation proposée par le marché. http://www.bourse24.fr/options/trader-options-pourquoi-call-peut-baisser-alors-que-sous-jacent-monte.html
        • ReplyMichel
          Merci pour ce lien, Christophe !
  11. Replyhichem
    je suis en plein dans les options binaires,je suis un novice et je vous remercie pour cet excellent article qui me servira certainement. il est vrai que pour moi le plus gros problème est le timing. salut et encore merci.
  12. ReplyMohammed
    Salut, mais ses brockers sont classés dans la liste des brockers dangereux, à eviter.
    • ReplyMichel
      Certainement ! C'est le cas de beaucoup de brokers. Mais tout broker Forex peut être dangereux du moment que l'on utilise des produits à levier. Cependant il faut distinguer dangereux et malhonnête. Ce n'est pas la même chose. Les options binaires c'est plus pour l'adrénaline...
  13. ReplyVincent Bardon
    Bravo pour cet article approfondi. pour reprendre le fil de la conversation en commentaires, je me demande comment va évoluer cette industrie des options binaires. D'un coté des abus et des mises en garde de l'AMf , de l'autre un vrai processus de régulation qui est e train de semettre en place pays par pays. Chypre, Uk, Allemagne, Belgique. seule la France ne semble pas vraiment réactive...comme d'hab
    • ReplyMichel
      Bonjour Vincent ! Il y a certes les problèmes de régulation et de respect du client (pour résumer), mais n'oublions pas les risques dus au produit lui-même, surtout pour la population de débutants qui croient que la bourse c'est plus facile comme cela. Il y a une notion très importante que l'on appelle le miroir aux alouettes !
  14. ReplyVincent Bardon
    Oui en fait le problème vient de la présentation du produit, avec des promesses de gains rapides ,reprenant les concepts du jeu en ligne. on est peut être plus dans le pari sur la bourse que dans le trading véritablement. Mais ca peut évoluer Vincent Bardon Article récent : Gagner de l’argent avec les Options Binaires? Oui mais….My Profile
  15. Replymourad
    les options binaires ca marche oui mais sous plusieurs conditions: - avoir une strategie eprouvé(minimum a 1 minutes frame( metatrader) avec 3 à 5 bougies d'expiration ( moi je prefere 5 minutes metatrader ave 15 minutes expiry ) - broker serieux genre stockpair pour ses retraits et pour ses prix non manipulés - ignorer les news ( moyen et haut impact) 30 minutes avant et 30 minutes apres - le lundi eviter le trading . assez inpredictable - ( trader de 8h00 à 18 h30) .apres cela c'est difficile -
    • ReplyMichel
      Oui, mais comme vous le trouverez expliqué dans plein d'endroits, avec les OB on part perdant. Vu les frais, si vous gagnez 1 fois sur 2 vous n'êtes pas flat. Il faut gagner 75% du temps pour être flat. Tout est fait pour que le broker soit encore plus le gagnant que d'habitude.
  16. Replymourad
    ceci nest pas vrai il faut faire 58 % de reussite pour faire nulle et non 75 % maintenant si vous avez un money management mauvais avec 80 % ou 85 vous serez perdant aussi. un bon money management (2% par trade )et la fixation d'un objectif en % par jour en pourcentage de son capital dans les options binaires de maniere realiste est vital. sinon ce n'est pas du trading mais du gambling enfin derniere chose trading en 60 secondes cest du casino cest impossible a predire sauf si vous vous basez sur les news.esperant vous avoir eclaire sur les options binaires
    • ReplyMichel
      Perte de 100 quand on a tort et gain de 80% quand on a raison = -100 + 80 = -20 Si x est la fréquence de perte -100x + 80(1 - x) = 0 x = 0,44 Si on ne se trompe que 44% du temps, on gagne rien. Si gains de 70% : x = 0,41 Non compte tenu du spread. On est donc plus proche du 60% que du 75%, c'est vrai. Vous avez raison. Mais le risque majeur et qu'en général, avec ces brokers OB, on ne revoit jamais son argent. Et puis, le trading est déjà bien compliqué sans limite de temps, alors si en plus on se fixe une limite en minutes... Pas étonnant que les brokers OB fleurissent dans des endroits du globe inaccessibles à la législation...
  17. Replymourad
    ben il faut choisir des brokers serieux et surtout ne pas accepter les bonus. choissisez stockpair il est serieux en tout cas
    • ReplyMichel
      Pourtant stockpair apparaît dans la liste des sites pour lesquels aucun prestataire de services d’investissement autorisé n'a été identifié : http://www.amf-france.org/Epargne-Info-Service/Mise-en-garde/Par-date.html?docId=workspace%3A%2F%2FSpacesStore%2F65454d61-09d1-4269-a923-c7175cb1539a
  18. Replymourad
    derniere chose pas de spread dans les options binaires on mise une somme si on gagne cest sa mise plus un pourcentage selon le broker ( entre 70 et 92 %).

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge