Trading-Attitude
Apprendre la bourse en ligne facilement et gagner de l'argent avec les actions, les CFD ou le Forex

 

Nous respectons vos données personnelles. Nous détestons les spams. C'est pour cela que nous nous engageons à ne pas vendre votre adresse email.
Email Marketing by AWeber

Pourquoi les faibles dividendes sont meilleurs ?

Contrairement à l’idée reçue, les faibles dividendes sont sans doute plus intéressants que les forts dividendes. Vous êtes surpris de lire ça ? Pourtant c’est vrai. Tous les blogueurs qui ont un blog sur la bourse écrivent que les forts dividendes sont un must, moi y compris. Mais il y a peut-être mieux que les actions à gros dividendes.

Le monde des actions est divisé en trois catégories : les actions de croissance, les actions de rendement (à fort dividende) et les autres. Les blogueurs louent les gros dividendes. Pourtant, ce petit monde-là est risqué.

 

forts dividendes dangerAttention danger !

Le danger des forts dividendes

 

En effet, une société qui verse des dividendes importants c’est soit pour :

  • attirer les actionnaires
  • favoriser les actionnaires
  • dilapider le trésor de guerre.

Verser des dividendes conséquents est donc douteux. Et la plupart, on le voit, perdent de la valeur sur le long terme. Il suffit de jeter un œil sur leur graphique historique : les cours baissent en moyenne sur le long terme !

Il y a des exceptions, parmi lesquelles les SIIC qui doivent par définition verser une grande partie des loyers perçus. La Foncière des murs verse un dividende intéressant mais continue de progresser en valeur (enfin, disons qu’elle ne régresse pas – crise des subprimes mise à part). Autre exception : Total Gabon. C’est une valeur dont le cours progresse au fil des ans.

Les valeurs de rendement ont donc généralement un cours qui baisse sur le long terme.

 

Autre problème : les dividendes qui chutent en même temps que la valeur.

En effet, souvent on vous dira que si les cours baissent ce n’est pas grave. Il suffit d’être patient et les dividendes rattrapent le coup. Sauf si les dividendes versés diminuent !

L’exemple le plus flagrant est l’action Orange. Elle a versé dans le passé un dividende donnant un rendement se montant à presque 10% du cours (environ 14 euros à l’époque).

Le problème c’est que l’action a chuté jusqu’à presque 7 euros pour remonter à 12.

Si le rendement affiché était resté à 8 – 10%, on pourrait se consoler. Mais les dividendes ne représentent plus que 5% du prix en 2014 !

Vous voyez le problème ! Le cours baisse et le montant relatif des dividendes baisse aussi. Au final on touche moins et on perd en capital !

 

Alors, que choisir ?

 

dividendes faibles
Préférez les faibles dividendes

Opter plutôt pour les faibles dividendes

 

Que faire alors ? Eh bien, faites comme Warren Buffett. Préférez les faibles dividendes !

Il y a plusieurs raisons pour préférer les sociétés qui versent peu ou pas de dividendes :

  • elles préfèrent investir
  • elles gagnent en valeur (capital)
  • pas de dividendes = peu d’impôts payés
  • elles n’ont pas besoin d’attirer les actionnaires, ils viennent tout seuls vers la qualité.

 

Il y a aussi un argument mathématique. Ces valeurs, que l’on appelle valeurs de croissance, voient leur capital progresser de façon sûre et régulière grâce à un business model efficace.

Leur cours de bourse progresse donc régulièrement.

Imaginons maintenant que cette société verse 1% de dividendes. 1%, par rapport au rendement du livret A cela ne semble pas intéressant vu les risques pris (le monde des actions c’est risqué).

 

Cependant, cette société verse ces 1% depuis des années… Et, son cours valait 4 fois moins, voire 8 fois moins il y a quelques années ! Si vous n’avez pas encore compris, voilà le truc :

les dividendes des valeurs de croissance, en valeur absolue, progressent fortement !

 

Application pratique

Il y a 10 ans 1% de 2 euros donnait 2 centimes de dividende par action.

Aujourd’hui le cours vaut 8 euros. 1% de 8 donne 8 centimes de dividende par action. 4 fois plus. Le tout, en ayant investi peu d’argent puisque le cours à l’époque était de 2 euros.

 

C’est la notion d’action – obligation que Warren Buffett affectionne.

 

Les forts dividendes sont donc un leurre, à part peut-être les SIIC.

 

Qu’en pensez-vous ? Vu comme ça cela semble donc plus intéressant d’être moins gourmand en dividendes, non ?

 

 

Images, dans l’ordre : Roland Darby, Stockimages FreeDigitalPhotos.net

 

 

Comments ( 25 )

  1. ReplyPatrick
    La distribution du dividende diminue le cash de l'entreprise cash que l'entreprise ne pourra pas employer pour faire de nouveaux investissements. Le dividende ou le rachat d'action ne sont justifiés que si l'entreprise à un excès de cash et que ses liquidités sont largement suffisantes pour couvrir sa croissance. Une situation encore plus défavorable, une entreprise qui emprunte pour payer un dividende. Le dividende ne doit pas être le 1er critère de choix, les stratégies basées sur le bénéfice, la valeur comptable ou les ventes donnent de bien meilleurs résultats qu'une stratégie basée sur le dividende. Pour ceux qui aiment recevoir des revenus réguliers de leur portefeuille boursier, le dividende ne doit jamais être le 1er critère, mais un critère secondaire. Plutôt que de rechercher un dividende, il vaut mieux vendre quelques actions régulièrement, votre performance n'en sera que meilleure.
    • ReplyMichel
      Tout à fait d'accord. Il y a, cependant des exceptions : certaines SIIC (Foncière des murs, notamment, dont le cours augmente), Total, Total Gabon (mais risque politique ?). Que pensez-vous de ces valeurs ?
      • ReplyPatrick
        Actuellement le dividende par action de TOTAL est supérieur au BNA, ce qui n'est pas très sain. Total Gabon est obligé par l'oligarchie au pouvoir de payer un dividende important, en échange de quoi il bénéficie d'une situation monopolistique. Du fait du risque politique, l'action est bon marché. A vous dévaluer le rapport risque-bénéfice, pour le moment la situation politique est calme au Gabon. Les états ont voulu promouvoir le placement collectif en immobilier, c'est sociétés ont pour dénomination selon le pays REIT (USA), SIIC (France), SICAFI (Belgique), FBI (Pays-Bas)..... Elles garantissent au placement immobilier une grande transparence et permettent de distribuer un maximum de cash flows tout en bénéficiant de certains avantages et une de leur obligation est de verser une partie importante de leur bénéfice sous forme d'un dividende. Souvent on considère qu'une SIIC est à mi-chemin entre une action et une obligation. Le risque ici est évidement la bulle immobilière, la chute des prix dans l'immobilier de bureau... Patrick Article récent : Doublement en 3 ans pour le portefeuille ‘value’ en euro.My Profile
        • ReplyMichel
          Merci pour ces précisions éclairées. La situation pour Total Gabon dure depuis bien des années. Pourvou qué sa doure ! En ce qui concerne l'immobilier, vu la petitesse des taux je ne vois pas d'éclatement d'une éventuelle bulle immobilière. L'euro a cet (unique) avantage. Vos remarques vont tout de même dans le sens qu'il faut éviter les forts dividendes.
  2. Replyyoshi
    Bonjour michel, Tu abordes un sujet important, que bien des blogeurs abordent completement à l'envers en recommandant des titres à forts dividendes à tort et à travers, alors que le seul et unique "rendement"dont devrait se soucier l'actionnaire, c'est celui des capitaux investis, soit la rentabilité de l'entreprise! Orange est très endetté et peu rentable,a une position concurrentielle "bousculée", sur un marché à faible croissance et en plus, le peu de cash qui rentre dans les caisses de l'entreprise est largement redistribué aux actionnaire! C'est un peu comme acheter un studio délabré,le louer et empocher les loyers sans jamais faire les travaux necessaires, on peut se feliciter du rendement un certain temps...puis vient le jour ou il n'est plus possible de trouver de locataire, ou les travaux à realiser sont devenus trop couteux et le moment de revendre...à perte!
    • ReplyMichel
      Je ne peux qu'aller dans ton sens, puisque c'est le mien. Orange : son cours a baissé malgré une bonne reprise, et son taux de dividende aussi !
      • ReplyGuilhem d'étudiant investir
        Salut, Effectivement Orange est dans une situation globalement "instable" et n'est pas vraiment l'action à envisager à moyen / long terme, bien qu'elle ai dernièrement récupérée une part de ses pertes. Après comme tout, il y a des exceptions, mais il est vraiment rare de trouver une action à fort rendement et qui ai un business model éprouvé sur la durée. Guilhem d'étudiant investir Article récent : Comment être meilleur investisseur demain que vous ne l’êtes aujourd’huiMy Profile
        • ReplyMichel
          Avec un éventuel retour à 3 opérateurs et la 4G les consommateurs vont peut-être redevenir une vache à lait. C'est pour cela que les cours remontent. Pouvez-vous préciser : "instable" ?
  3. Replyyoshi
    A mon avis il est important de savoir quel est le fonctionnement de l'entreprise, et quel est son secteur d'activité... Une SIIC verse l'essentiel de ses benefices à ses actionnaires, est-ce un problème?pas du tout, c'est sa raison d'etre:acheter des bien immobiliers, les louer et redistribuer le cash. Un operateur telecom s' endette pour faire de lourds investissements, qu'il a ensuite bien du mal a rentabiliser a cause d'une forte concurrence, sans compter la masse salariale qui est bien plus importante que pour gerer un patrimoine immobilier, de futurs investissements couteux sont également à prevoir pour assurer son avenir...pourtant il redistribue une bonne partie de son cash, est-ce un probleme? Un distributeur comme wall-mart a des marges relativement reduites par rapport a des sociétés d'autres secteurs, pourtant il est considéré comme un buziness exceptionnel, pourquoi? Parceque sa taille lui donne un avantage majeur, tout nouvel arrivant cherchant a s' aligner sur ses prix verra ses marges s' effondrer et se cassera la figure! Les cigaretiers sont lourdement endettés, est-ce un soucis? Avec des couts de production ridicules (ben oui, faire pousser du tabac n'a rien à voir avec fabriquer des ecrans plats !) Et des clients accros, leur rentabilité est phénoménale! Ils auraient bien tort de ne pas profiter du levier du credit! Bref, comprendre un minimum ce dans quoi on met son argent est un minimum requis! (Sans forcement avoir une connaissance approfondie, bien difficile avec des multinationales diversifiées)
  4. ReplyMartin
    Bonjour! Personnellement, je pense qu'une société qui réalise un rendement de l'avoir des actionnaires supérieur à 15% sur le long terme ne devrait pas verser de dividende mais plutôt chercher à réinvestir le plus de capitaux possible dans ses opérations. Par contre, pour les sociétés avec une encaisse considérable et un rendement de l'avoir déficient, je pense que le versement d'un dividende représente une opération juste et rationnelle car elle permet aux actionnaires de réinvestir leurs fonds à meilleur taux. Martin www.investir-a-la-bourse.com Martin Article récent : L’analyse d’entreprise de «Canadian Western Bank»My Profile
    • ReplyMichel
      Bonjour Martin ! Qu'entendez-vous précisément par rendement de l'avoir ? Ce sont les actifs ? Merci pour votre éclairage.
      • ReplyMartin
        Bonjour Michel ! Le rendement de l'avoir est représenté comme ceci: Bénéfice net (résultat net) / total de l'avoir des actionnaires (au bilan) x 100 L'avoir des actionnaires c'est principalement: -Le capital action de la société -La somme des bénéfices non-distribués aux actionnaires Martin www.investir-a-la-bourse.com Martin Article récent : Les ramifications psychologiques de la bourse (3e partie)My Profile
  5. ReplyBen de Bourse Ensemble
    Salut Michel, Excellent article... et tellement vrai! L'analogie de Yoshi avec l'achat d'un appartement délabré qui procure provisoirement un bon rendement est parfaite. Le fort dividende est une vision à court terme... Il vaut beaucoup mieux aller chercher de la croissance! Une entreprise qui redistribue une grande partie de ses profits parce qu'elle ne sait pas vraiment quoi en faire d'autre a une très mauvaise stratégie, voire aucune. Le futur ne peut être que très sombre... Ben Ben de Bourse Ensemble Article récent : Pourquoi un patron d’entreprise est forcément égoïste?My Profile
  6. Replyyoshi
    @Ben: Attention, une entreprise qui redistribue une grande partie de ses profits parce qu'elle ne sait pas quoi en faire ne fait pas forcément un mauvais choix: Comme je l'ai dit plus haut, il faut comprendre l'entreprise et son environnement. Je prefere qu'une boite qui ne trouve pas la possibilité de reinvestir son cash efficacement, me le verse, plutot que de se lancer comme c'est bien malheureusement souvent le cas dans des acquisitions hasardeuses, pour le seul plaisir d'etre "plus gros", mais pas forcement plus rentable...l'allocation de capital d'un operateur telecom ne sera pas la même que pour un groupe pharmaceutique ou une compagnie aérienne...
    • ReplyMichel
      Pour faire ce que tu dis il y a les rachats d'actions pour les annuler. Cela ne fait pas payer d'impôts (enfin, je crois). Mais, pour aller dans ton sens, il y a les sociétés qui gèrent les autoroutes. Très endettées, mais assises sur une rente. D'ailleurs elles ont toutes été retirées de la cotation, rachetées par Vinci et cie, tellement c'était un trésor de guerre.
    • ReplyBen de Bourse Ensemble
      @Yoshi: Je persiste... Évidemment qu'une entreprise qui ne sait pas quoi faire de son surplus de cash fait mieux de le redistribuer à ses actionnaires plutôt que de le brûler bêtement. Tout le problème se situe dans "une entreprise que ne sait pas quoi faire de son surplus de cash". Cette situation ne devrait quasiment jamais arriver! Une entreprise dans une telle situation ne maitrise rien du tout, ne comprend pas son environnement et manque sérieusement de stratégie. C'est pour moi des signes clairs que le management est à côté de la plaque et cela devrait alerter les actionnaires. Comme l'a dit Patrick au début: "Le dividende ou le rachat d’action ne sont justifiés que si l’entreprise à un excès de cash et que ses liquidités sont largement suffisantes pour couvrir sa croissance." Tout cela doit être anticipé et planifié, et ne pas arriver par hasard au point de redistribuer du cash aux actionnaires pour faute de savoir quoi en faire de mieux... Ben Ben de Bourse Ensemble Article récent : Le trading avec Ichimoku – Une méthode pour gagner (2/2)My Profile
      • ReplyMichel
        Le rachat d'actions est souvent utilisé par les entreprises champion. Cela augmente la rentabilité. Le cash ne trouve pas toujours des investissements qui ont le même rendement.
      • Replyyoshi
        Desolé ben, on ne pourra pas etre d'accord là-dessus! Prends un champion de la rentabilité, genre coca, tellement de cash-flow que ses investissements dédiés à la croissance interne sont largements couverts (inutile d'inonder le monde de coca, c'est déjà fait, quand à espérer doubler le nombre de consommateurs à court terme, sauf à dynamiter les sites de production de pepsi, ou à vendre sur mars...), racheter un concurrent? Pourquoi pas, mais pas à n'importe quel prix! Idem pour du rachat d'actions, si c'est pour acheter KO quand il est surcôté, je prefere toucher le cash pour l'investir dans une entreprise au cours abordable (et si c'est par exemple une major pétrolière, autant ca peut faire sens dans mon portif, autant dans la stratégie d'entreprise d'un fabricant de sodas...). Par contre, je prefere qu'une boite ayant de lourds investissements à realiser (genre boite high-tech), dans un secteur a forte concurrence, reinvestisse massivement, idem pour une holding diversifiée...
        • ReplyMichel
          ça se défend, Yoshi... Sauf pour la boîte qui a de lourds investissements à réaliser. Si elle doit massivement investir pour rester au même niveau, c'est peut-être un titre à éviter pour le long terme, non ?
          • yoshi
            Pas forcement...IBM, Apple ou intel ont de lourds besoins, idem pour Air Liquide, pas forcement les exemples les plus parlants, puisque certains versent des dividendes,mais leurs besoins en cash ne sont pas ceux d'un philip morris ou d'un mastercard... Comme je le disais, un minimum de compréhension de la boite et son fonctionnement, son environnement, est utile... Forcement, une boite qui à de faibles besoins d'investissement et une forte position concurrentielle sera une pure machine à cash, mais en se focalisant uniquement sur ces dernières, on se retrouve avec de forts biais sectoriels en portefeuille avec les dangers qui vont avec (imagine, un portefeuille qui aurait été massivement investi dans des compagnies de télégraphe,en position dominantes, rentables...et pourtant destinées à mourir à l'arrivée du telephone..)
          • Michel
            Dans l'investissement il faut pratiquer des réallocations de temps en temps... C'est pour cela, d'après moi, que les traders se dirigent de plus en plus sur des méthodes d'investissement court à très court terme : pour réduire au maximum le risque de "position" (je ne sais plus comment cela s'appelle ce risque). On a vu avec J. Kerviel, qu'il y a d'autres risques...
  7. Replyyoshi
    Pour ceux qui ne craignent pas de sortir du cadre du PEA, il y a les sociétés de pipelines, cotees aux U.S ou au canada, idem pour les sociétés de chemins de fer, de gros investissements de depart financés avec de la dette, faible croissance, mais de veritables machines à cash... Personnellement, je m'oriente de plus en plus vers les holdings côtés capitalisants pour la partie "$" de mon portefeuille, particulièrement berkshire hathaway. Pourquoi? Investir dans BRK me permet d'investir dans des blue chips de premier plan comme coca, wells fargo...également dans du pipeline (suncor), des chemins de fer (northern santa fe, non côté..) avec une qualité d'allocation et un timing dont je suis incapable, de toucher les dividendes dans la holding donc sans frotement fiscal et de laisser les equipes d' "oncle warren" les reinvestir dans l'une de ces sociétés, voire d'en integrer une nouvelle, voire reinvestir dans berkshire (rachats d'actions) sans frais de courtage. Le jour ou je serais en phase de distribution, vendre uniquement le montant dont j'ai besoin sera bien plus interessant fiscalement que de toucher des dividendes (exemple 1000 € me suffisent mais je touche 3000 € de dividendes, sur lesquels je subis la taxation avant de reinvestir ce qui restera des 2000 € excedentaires, dans le cas d'un holding capitalisant, je n'aurais eu a vendre que le nombre d'actions me permettant d'obtenir le montant désiré! ) Bref, une sorte de super-OPCVM à faibles frais, géré par les meilleurs gerants de la planete!
    • ReplyMichel
      Merci pour ces infos, Yoshi. Je ne sais pas si les chemins de fer sont si rentable que cela, mais les pipelines cela pourrait. BRK devrait bien performer dans l'avenir. BRK semble en haut de cycle dans son canal haussier de long terme, mais je vais surveiller et appliquer ma méthode "Retraite Dorée" pour le long terme.
  8. Replyyoshi
    Je t'invites à t'interesser à un titre comme canadian national railway...ce qui ne veut pas dire qu'elle soit actuellement "achetable"! Pour BRK, l'allocation de capital à toujours été fantastique! Ils sont capables de denicher les meilleures affaires, ont un levier peu coûteux, en cas de sous-valorisation du titre, ils font des rachats d'action, et si le titre venait à être nettement surcôté, ou si ils aucune opportunité d'investissement ne leur permettait de reinvestir le cash avec un espoir de retour satisfaisant, un dividende serait versé! Et oui, warren n'est pas refractaire à l'idée de verser un dividende, contrairement aux idées reçues, c'est juste la derniere option a envisager! On peut aussi parler de loews, leucadia, fairfax...et pour les très gros patrimoines, les hedges funds comme the baupost group,fairholme, SQ advisors...ah! Si j'etais riche!
  9. Replyludovic baratier
    bonjour Michel merci pour ton article. Je pense qu'il faut panacher. Pour bon nombre de personnes (j'en fait un peu parti), c'est intéressant pour se dégager un revenu passif. Et ne pas pas être collé aux fluctuations. Mais bon, il faut aussi aller sur des actions plus dynamiques du SRD pas forcément généreuses en dividende. Dernier exemple : Alstom. Ludovic ludovic baratier Article récent : Saint Gobain, le moment d'acheter ?My Profile

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge