Trading-Attitude
OVER-SIMPLIFIEZ-VOUS LA BOURSE !

 

Nous respectons vos données personnelles. Nous détestons les spams. C'est pour cela que nous nous engageons à ne pas vendre votre adresse email.
Email Marketing by AWeber

Fusion froide : la fin du pétrole et le pactole ?

La fusion froide c’est la fin du pétrole. Si vous croyez que l’on ne peut pas se passer de pétrole, alors lisez cet article. De plus en plus de voies s’élèvent pour dénoncer le mensonge. Et en temps qu’investisseur vous pourriez remporter plusieurs fois la mise sur la fusion froide !

 

fusion froide pactole

 

Pétrole : à qui profite le crime ?

Le pic de pétrole est devant nous mais il s’éloigne toujours. C’est à se demander ce qui se passe. Qui a intérêt à préserver l’utilité du pétrole ? Pourquoi Peugeot abandonne un moteur à eau ou air comprimé (ou hydrogène) qui semblait marcher ? Pourquoi des tas de scientifiques disent qu’il existe d’autres sources d’énergie ?

Est-ce que les méga oligarques (comme Rockefeller ou Rothschild) ne survivent pas grâce au pétrole ?

Ben voyons !

 

La fusion froide et des tas d’autres sources d’énergie

Vous connaissez sans doute Iter ? On y essaie de développer la fusion nucléaire. L’énergie du soleil. Bon, c’est long et cela coûte cher.

Mais d’autres sont aussi sur la piste de solutions plus économiques. Et plus rapides.

Si je vous disais que des chercheurs ont réussi à produire des températures de 3 milliards de degrés ? Soit plus que sur le soleil !

Cela ouvre le champ à la fusion froide. Bon, OK, ce n’est pas si froid que cela. Son petit nom de fusion froide vient du fait qu’il y a des pistes connues pour la déclencher à plus basse température.

Par exemple, en utilisant un catalyseur. Comme le carbone. Ou en projetant des muons.

Certaines réactions possibles ne produisent que de l’hélium non radio-actif comme déchet !!

Il faut juste « industrialiser » ces réactions !

 

Des entreprises à la recherche du Graal énergétique

En ce moment même des sociétés privées ont des programmes de recherche. Pour quoi faire ? Pour développer la fusion froide !

Des millions, peut-être des milliards sont investis. C’est donc du sérieux.

Et ce ne sont pas n’importe quelles sociétés.

 

Que faire avec la fusion froide ?

Je vous dois une petite explication. On l’appelle fusion froide parce qu’elle ne nécessite pas de grosses installations. Le premier réacteur devrait tenir dans un semi-remorque.

Quelques années plus tard on devrait pouvoir être capable de posséder un réacteur à la maison ! Si ! Si ! Il y a même des gens qui disent qu’il n’y aurait pas de déchets toxiques !

 

Une vraie révolution

Cela voudrait dire que tous les pays, même les plus pauvres, deviendraient énergétiquement indépendants. Qui dit énergie quasiment gratuite, dit fin du travail. La robotisation étant, l’homme n’aurait plus besoin de travailler. Il aurait le temps de s’occuper de sa femme :-) ! Ou de celle des autres :-) !

La fin du travail, des guerres, de la faim

Même Bill Gates y croit ! Il y a investi 1 milliard de dollars !

Soit il s’est fait berner par un méga bon embobineur… Soit c’est du sérieux.

 

Traders : comment profiter de la fusion froide ?

Imaginez ! Si une entreprise, une, arrive à produire ces réacteurs… Elle deviendra méga riche.

Si vous avez misé sur cette entreprise… Vous deviendrez riche aussi.

Mais ce n’est pas en investissant dans Microsoft que l’on pourra profiter du pactole.

Ni dans les petites boîtes qui se créent et qui ne sont pas cotées.

Non, il y a une société qui est en avance. De nombreux experts s’avancent pour dire qu’elle a de bonnes chances d’y arriver.

Vous voulez savoir quelle est cette société ?

La réponse se trouve dans l’idée n°4 de 9 Idées Pour Investir.

 

Photo : Diego Torres

Comments ( 5 )

  1. ReplyAlainCo
    Un peu prématuré. Tout d'abord les LENR affrontent des défis monumentaux. Il n'y a pas de théorie, et sans théorie très dur même de faire de la recherche, car sais t'on si l'on a réussi, réfuté, ou juste raté ? si l'on a répliqué ou innové ? En plus comment faire du fiable, du prévisble sans un minimum de théorie... Le peu que l'on a comme théorie nous pousse à comprendre que c'est un défi à la croisée de la physique quantique et de la métalurgie, dans le pire marigot expérimental et thérique qu'est la science des matériaux... En plus tout cela se fait avec une haine profonde du monde académique, un déni total et d'autant plus violent qu'il est injustifié scientifiquement. Ca va donc être lent. E plus quand ca commecera a tourner, les permière victimes seront les énergies renouvelables intermitentes (solaire, éolien), puis les énergie à fort investissement (nucléaire, géothermie), en en dernier le fossile, surtout le pétrole qui est tellemen pratique pour les véhicules. ... mieux vaut parier sur un boom économique dans les 10 prochaines années que de viser un positionnement particulier. les pétrolier, comme Fujifilm ne sont pas tous des boulets comme Kodak, et pourraient s'adapter, un temps, ou définitivement.
    • ReplyMichel
      Bonjour, merci pour ce témoignage de spécialiste. Pour les lecteurs, LENR signifie Low Energy Nuclear Reaction. Je ne suis pas spécialiste et sais qu'il y a pas mal de supercheries et d'effets d'annonce, mais certains acteurs me semblent assez avancés. Cela dit ce n'est peut-être pas avant 10 ans. En tout cas, la société que j'ai trouvée pour les membres de 9 idées a aussi un très beau business par ailleurs.
      • ReplyAlainCo
        Brillouin est la seule entreprise qui me semble pas loin (mais pas encore) de l'application commerciale, très limité. Mais une percée vien si vite. Il manque une théorie, et mon opinion, basée sur la vision pragmatique mais minoritaire de Edmund Storms (une expérimentateur de renom) , est que l'on n'est pas loin, mais que humainement c'est désespéré. La plupat des théoriciens ont leuy théorie perso avec laquelle ils ont une relation amoureuse. Ils rejettent les faits qui les dérangent. Rossi et defkalion ont lancé tout le monde sur le nickel, qui a effectivement le plus gros potentiel commercial, mais n'est pas validé aussi bien que le palladium. Le palladium est la filière la mieux étudiée et on n'est pas loin d'en saisir les mystères, métallurgiques. Mais entre conservatisme et délire de rébellion, ca n'avance pas. Mon idée c'est que la solution mélange d'un coté des considération métalurgiques qui déplaisent aux théoriciens de salons, autant les conservateurs de la physique des particules (qui répondent que c'est impossible donc que les résultats sont une conspiration), que les rêveurs de l'énergie libre qui prévèrent les théories parfaites, avec des truc nouveaux et jamais prouvés. La métallurgie c'est trop sale pour plaire a ces physiciens... mais d'un autre coté, ce système métallurgique complexe et inhabituelle, crée une structure quantique collective avec un interaction surprenante et impensable entre le domaine électronique et le domaine nucléaire, avec émission probable de rayonnement cohérent (laser, photon ou éjection) dans le keV, et fusion lente comme le dit Storms. Ma vison est basée sur le spositions de Storms http://lenrexplained.com/ et ce que j'ai lu me fait penser qu'il a la bonne approche, et qu'il n'est pas loin . Le problème c'est que si ce style de théori n'est pas accepté c'est qu'il ets inadaptée au mode de pensée moderne. Il faut penser collectif et nucléaire, et penser matière complexe et dense, structure rares, dimentionalité 1 ou 2, voir fractales... Si on n'a pas trouvé la théorie c'est que c'est juste impensable, que ca ne peut être pensé dans un seul cerveau (métallurgie et physique quantique des sytème cohérentes ne sont possible peut être que dans le cerveau des spécialiste de la nano - d'ailleurs je les attend sur le sujet)... alors comme c'est impensable tout le monde soit pense que ca n'existe pas, soit propose un miracle non prouvé, des particules nouvelles impossibles... ed storms y a pensé simplement parce que c'est l'un des gars sur terre qui a lu le plus de papiers du domaine, et que ce sont les résultats qui lui ont imposé cette vision... (son livre et ses quelques articles précédents l'expliquent bien - la fusion froide a mille raisons d'être impossible, sauf à imaginer un phénomène métallurgique rare , une structure quantique isolées, un interaction quantique collective).... bref si un labo part sur la bonne approche, met quelque centaines de millions sur 5 ans, exploite ce qui est connu, dans 3 ans on peut avoir un embryon de théori permettant 2 ans après de faire les première applications, 5 ans après un déploiement à grande échelle, et 10 ans après une transition énergétique. sinon on peut continuer comme aujourd"hui... pour 30 ans de plus des escrocs qui tente d'exploiter l'espoir justifié dans cette technologie. des physiciens qui nient la réalité, que ce soit en niant les LENR, ou en proposant des théories délirantes mathématiquement précise et fausses. des expérimentateurs qui bricolent d'un coté sans vision scientifique, ou qui expérimentent avec des bouts de ficelle sans savoir trop quoi vérifier...
        • ReplyMichel
          Merci pour ces infos. Je suis d'accord pour dire qu'il y a plein d'espoirs. Les investisseurs qui y mettent des millions peuvent être trompés, mais des découvertes (peut-être connexes) seront faites. Je n'en doute pas.
          • AlainCo
            Dans le monde moderne ce type de technologie que peut être appropriée ni monopolisées... Comme avec Internet, les premiers se feront massacrer, mais au global des géants sortironst, plein d'autres innovateurs apparaitrons, des vieux s'adapterons ou mourrons, et tout le monde y gagnera, même ceux sans rapport par simple effet de solvabilité. Jouez d'abord long gamma, puis le marché.

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge