Trading-Attitude
Pour traders malins

 

Laissez-moi votre adresse email. Je vous enverrai en moyenne une fois par semaine des emails éducatifs, informationnels et de temps en temps des offres commerciales. Je respecte vos données personnelles. Je m'engage à ne pas diffuser votre adresse email.

Faut-il acheter les actions des constructeurs automobiles ?

Les actions des constructeurs automobiles sont-elles à acheter après la crise ? Le secteur automobile va-t-il redémarrer après les confinements ? Quels constructeurs privilégier pour investir en bourse ? Petit éclairage.

actions des constructeurs automobiles

Secteur automobile : très touché par la crise

Avec les confinements et les restrictions de voyage, c’est tout le secteur automobile qui a été fortement impacté. Les actions des constructeurs automobiles ont fortement chuté. C’est tout le secteur des transports qui flanche.

La construction de voitures peine. Avec de faibles perspectives en terme de liberté de circulation, plus personne n’achète de véhicules.

Chute du prix du pétrole

Les prix du pétrole et des hydrocarbures qui chute est un bon indicateur du dynamisme de l’économie.

D’ailleurs le petit rebond récent du cours des énergies fossiles ainsi que les perspectives de déconfinement ont boosté le cours des actions des constructeurs auto.

Comment investir dans la construction automobile ?

L’investisseur qui s’intéresse au secteur de l’auto est bien en peine en cette fin 2020 et en 2021.

Il y aura certainement une troisième vague et un troisième confinement. Le gouverneMENT l’a prédit, alors !

Les actions des fabricants de véhicules particuliers vont encore à cette occasion plonger. Dur dur de vouloir investir dans le transport automobile. Sauf, peut-être, le secteur des véhicules électriques.

Déconfinement de l’Inde et prix du pétrole

Mais si l’Inde déconfine, le prix de l’or noir va grimper. Et les actions de l’industrie automobile vont suivre. Mécaniquement.

Bien difficile de savoir où investir dans cette industrie auto en bourse.

Je vous propose d’étudier quatre cas différents d’actions des constructeurs d’automobiles.

Quatre leaders de l’industrie automobile au crible

Renault : l’industriel qui a commencé à souffrir avant

La chute du cours de l’action RNO a commencé avant la plandémie. Les cours étaient déjà à la peine depuis août 2018 !

Un rebond récent n’a pourtant pas encore récupéré les niveaux précédents.

Graphique Renault daily
Graphique de Renault en daily (source ProRealTime)

Sur le graphique boursier de Renault en daily on voit que RNO n’est globalement jamais dans le Screener TA (indicateur ScreenerIndic) et que les périodes de rebond sont rares et courtes.

Peugeot : la voiture française qui résiste

Peugeot (UG) résiste bien mieux. L’action du constructeur auto français aux griffes se comporte beaucoup mieux. Sa chute n’a commencé qu’au début 2020. Elle est caractérisée par des creux que l’investisseur peut mettre à profit.

Sa remontée suite à la crise est entamée et ne pourra être remise en cause que par l’actualité des nièmes vagues imaginaires.

Cependant, l’investisseur français qui désire se placer sur le secteur des véhicules automobiles n’est pas chanceux. En effet, rien n’indique que le rebond va continuer.

graphique boursier de Peugeot
Graphique de Peugeot daily (source ProRealTime)

Le graphique de Peugeot montre une remontée plus forte et, surtout, un baisse plus courte. Les période de présence dans le Screener TA sont un peu plus nombreuses.

Un rebond n’est pas une tendance – ou le mythe d’acheter bas

Beaucoup d’investisseurs et de boursicoteurs pensent qu’on fait de bonnes affaires en achetant pas cher. Et en ce moment, les actions des industriels du secteur auto, ne sont pas chères. Mais faut-il acheter ces actions ?

Acheter bas n’est pas forcément une bonne idée. Car en réalité, on n’est jamais très sûr que les prix vont remonter.

Je le répète souvent : il vaut mieux acheter les actifs qui ont une plus forte probabilité de hausse.

Et je vais illustrer cela par deux exemples.

Ferrari : le constructeur rentable

Le constructeur de voitures de luxe Ferrari est l’un des plus rentables au monde. Ce peut être surprenant, mais c’est ainsi.

Et, entre nous, il y aura encore longtemps des riches pour en acheter. Et de plus en plus, je pense. Le business semble donc beaucoup plus vert du côté des automobiles de luxe que du côté de la voiture de Monsieur Tout-le-Monde.

Graphique de Ferrari
Ferrari : graphique daily (ProRealTime)

Les swings haussiers de Ferrari sont plus longs, plus nombreux et plus forts. Le dernier indicateur du bas montre (barres vertes et orange) qu’on est plus souvent en momentum (Screener TA).

Même les pros s’y sont trompés

Ses actions ont été introduites en bourse US il n’y a pas si longtemps. À cette occasion certains services d’analyse fondamentale de grosses banques avaient fait leur analyse. J’avais vu passer une reco disant que le cours ne dépasserait pas, si mes souvenirs sont bons, 70 USD.

Bon, on en est à 210 dollars.

Mais il y a mieux !

Tesla : le phénomène

Le constructeur de véhicules électriques Tesla a battu de 240% son record d’avant la crise. C’est phénoménal !

graphique daily de Tesla
Tesla et ses 970% de hausse en 1 an (ProRealTime)

Sur ce graphique de Tesla il n’y a pratiquement que du orange.

Pourtant, l’entreprise Tesla n’est pas aussi rentable. Elle n’a que récemment gagné de l’argent et son PER est d’environ 900, ce qui est énorme !

Alors, pourquoi cela monte ?

L’analyse fondamentale aux choux ?

Tout d’abord, est-ce que cela veut dire que l’analyse fondamentale n’est pas opérante ? C’est un peu mon opinion. Si on peut se baser sur une idée que l’on a du business de l’entreprise, les chiffres, eux, ne parlent pas. L’analyse financière n’aide pas à déterminer quelles actions des constructeurs automobiles choisir.

L’attrait ou la bulle ?

Bien sûr, les voitures de Tesla sont vues comme l’avenir. Ils apportent surtout une réponse efficace et séduisante au problème que pose le véhicule électrique. Ou les batteries au lithium. Ils sont aussi poussés par le prétexte écologique du Great Reset. Et on sait que quand un tas d’acheteurs veulent acheter la même chose, cela crée une bulle.

Mais il y a un autre élément à prendre en compte en ce moment.

L’entrée dans le SP500

L’action Tesla va entrer au SP500 le 21 décembre. Forcément, les fonds et ETF se goinfrent d’actions Tesla pour reproduire le SP500.

Car il faut bien comprendre que les ETFs sur le SP500 c’est comme un produit dérivé. Grosso modo il y a beaucoup plus de parts d’ETF que d’actions réelles du SP500.

L’introduction des actions Tesla au SP500 crée donc un appel d’air. Cela propulse le flottant de Tesla dans la stratosphère. Alors que les actions des constructeurs automobiles français sont à la peine.

Remarque : cette situation relative aux ETFs sur le SP500 est aussi très dangereuses pour ceux qui détiennent des actions cotées au SP500.

Pour y remédier, le Screener TA vous aidera à trouver des actions à fort momentum qui ne sont pas dans le SP500. Et d’ailleurs, en ce moment on trouve pas mal de valeurs en très forte hausse qui n’appartiennent pas au club très fermé des GAFAMS, qui, elles, stagnent.

Comment investir dans les actions des constructeurs automobiles ?

Nous venons de le voir, pas facile de choisir où investir dans ce secteur automobile. Pas facile ? Mais, dites-moi… Entre des actions qui n’ont pas rattrapé le tiers de la baisse due à la crise et d’autres qui l’on dépassé, on hésite encore ?

En bourse, il faut acheter et revendre plus haut. Ce que l’on traduit par acheter bas et revendre haut. Mais c’est faux. On oublie de parler de probabilité de hausse.

Or, la probabilité pour qu’une action monte est beaucoup plus élevée quand l’action est dans un trend haussier avec un fort momentum.

Tesla et Ferrari sont donc les deux pistes à suivre. Je vous montre juste la comparaison de ces quatre actions de l’industrie de la construction automobile.

Comparaison secteur automobile (source TradingView)

Même si Tesla écrase les autres, Ferrari est en bonne position.

La voie de la sagesse

La sagesse voudrait que l’on éloigne Tesla. Un investissement devrait se faire sur l’automobiliste Ferrari. Une appréciation régulière, modérée, sur la base de fondamentaux sains.

Le juge de paix

Cependant, le trader malin, lui, va profiter des multiples occasions que l’on trouve sur le marché.

Sur Tesla il va donc pratiquer le swing trading. On voit effectivement que le graphique présente de bons swings haussiers.

D’une manière générale je recommande de pratiquer :

  • Tout d’abord le swing trading pour capter les swings haussiers.
  • Le suivi de tendance dès qu’un swing se concrétise, engrange une belle plus-value potentielle et enchaîne sur un autre swing haussier.
  • L’investissement à moyen – long terme si la tendance se poursuit dans le même sens.

C’est donc bien le swing trading à la base qui permet de profiter à faible risque de ces longues tendances.

Frustration et découragement

Cela paraît simple comme ça, de sélectionner les actions des constructeurs automobiles. Malheureusement, trop de traders et investisseurs sont frustrés devant tous ces blogs et vidéos qui montrent la réussite des traders.

Mais en réalité, vous n’y arrivez peut-être pas. Alors vous êtes frustré. Vous aimeriez être placé sur les bons coups comme cela.

Le contre poison

Que ce soit sur les actions des constructeurs automobiles ou les autres, ce n’est pas une méthode basique qu’il vous faut. Ce dont vous avez besoin c’est un guide complet pour lire les cours de bourse. Un guide qui vous accompagne et vous mène vers la réussite. Et qui fonctionnera dans 10 ans encore.

On ne peut pas réussir sans avoir compris comment fonctionnent les choses.

Pour préparer de bons plats il faut comprendre l’action de la réaction de Maillard, du sel, du sucre, de la texture. Suivre aveuglément une recette ne fait pas illusion sur le long terme.

Tous les membres de ma formation GABI ont eu le désir de s’améliorer. Et ils s’améliorent car je leur ai donné les clefs de la compréhension des marchés par des outils simples (visuels). Ils ont également gagné des années de galère.

Il est très motivant d’entrer dans le club des traders et des investisseurs avisés. De quoi battre en brèche cette frustration acquise au cours des années.


 


Illustrations : canva

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge