Trading-Attitude
Trading actions & cryptos

 

Laissez-moi votre adresse email. Je vous enverrai en moyenne une fois par semaine des emails éducatifs, informationnels et de temps en temps des offres commerciales. Je respecte vos données personnelles. Je m'engage à ne pas diffuser votre adresse email.

Exchange Traded Products – ETP, ETF, ETC, ETN : quelles sont les différences ?

Les Exchange Traded Products (ETP, ETF, ETC, ETN, …), vous connaissez ? Que représentent ces acronymes et quelles sont les différences ? Découvrez la signification des Exchange Traded Products et des autres sigles. Puis apprenez à les utiliser pour diversifier vos investissements en bourse.

Exchange traded products ETF ETC ETN définition

Les Exchange Traded Products – ETP – Définition et signification

Les Exchange Traded Products sont des produits financiers cotés sur des marchés boursiers. Tout d’abord, leur objectif est de répliquer l’évolution d’un indice, d’un panier de valeurs ou de certains actifs. Ainsi, ils portent sur ce que l’on appelle, un sous-jacent. Ce sous-jacent peut être le Nasdaq, le CAC40, l’or, l’inflation, la volatilité.

Historique des Exchange Traded Products

Pour commencer, alors que les premiers fonds accessibles au public ont été créés au début des années 70, les ETF ont, eux, été créés dans les années 90. C’est en 1993 que naît le premier ETF qui connaîtra un vrai succès, le SPDR sur le SP500. Il est surnommé Spider, à cause des lettres composant SPDR.

À la fin, on se retrouve avec plus de 150 émetteurs d’ETP et plus de 3000 Exhange Traded Products. Les ETP sont un vrai succès, dû à leur faible coût de gestion et la facilité qu’il y a à les échanger.

Graphique de SPDR en mensuel
Graphique de SPDR (source : TradingView)

Les petits derniers

Récemment, les premiers ETF sur les cryptos viennent de sortir. C’est une révolution et une nouvelle étape dans l’histoire de ces produits.

Exchange Traded Products et gestion passive

Ensuite, on parle ici de gestion passive. Cela signifie que le gestionnaire de l’ETP se contente de répliquer le sous-jacent. Et, effectivement, le fait qu’elle soit passive, fait que les commissions prises par le gestionnaire sont moindres que pour des fonds à gestion active.

ETP : des coûts inférieurs mais comparables – l’expense ratio

Pour continuer sur cet avantage des ETP, ajoutons qu’on utilise l’expense ratio pour comparer les coûts des ETP. L’expense ratio est le ratio entre les coûts de fonctionnement du fonds et son actif.

Quant aux coûts, ils sont constitués de la rémunération du gérant (frais de gestion) mais aussi de tous les autres frais, les frais opérationnels. Ces derniers sont, par exemple, le marketing, la conformité, les avocats, etc.

L’expense ratio

Enfin, même si l’expense ratio d’un Exchange Traded Products est plus faible que celui d’un fonds mutuel, cela permet comparer les différents ETP. Ainsi, celui qui à l’expense ratio le plus bas est sans doute préférable à qualités égales.

Un ETP c’est comme une action

Ensuite, un des avantages des ETP c’est qu’ils se négocient comme des actions. En fait, si on ne nous disait pas qu’il ne s’agit pas d’une action, on ne s’en rendrait pas compte. Les frais sont également réduits par rapport à d’autres types de fonds.

Et, puis, on peut subdiviser les ETP en plusieurs catégories.

Effet de levier et short

Un autre avantage des ETF c’est la possibilité d’utiliser un effet de levier positif ou négatif. Ainsi, les ETF leveraged permettent d’investir avec un effet de levier de 2 à 3 ou de -1. Dans ce dernier cas il est short.

Par exemple, avec le SQQQ on peut shorter le Nasdaq. Avec le BX4 on shorte le CAC40 avec un effet de levier 2.

Différence entre les Exchange Traded Products et les « mutual funds »

Mais qu’est-ce qui diffère entre les fonds mutuels et les ETP ? Tout d’abord, le premier fonds date de 1924. Ils sont donc beaucoup plus anciens.

Ensuite, les fonds mutuels sont plus complexes en structure. Par exemple, ils peuvent réunir plusieurs autres fonds. Puis, ils sont gérés activement et pas passivement, le cas des ETP.

Enfin, ils ne sont cotés qu’en fin de journée alors que les ETP sont coté en continue tout le long de la séance.

Exchange Traded Products : ETP, ETF, ETC, ETN

Ainsi, il existe trois sous-catégories aux ETP. ETP c’est l’appellation chapeau.

Les ETF – Exchange Traded Fund

Premièrement, les ETF (que vous verrez aussi appelés Trackers) répliquent des indices :

Certains sont adossés (backed en anglais) à des titres physiques ou pas. Si des titres physiques ne l’adossent pas, on dit qu’il est synthétique. Les gestionnaires reproduisent alors les évolutions du sous-jacent par des produits dérivés.

Enfin, on doit généralement préférer un adossement physique.

ETC – Exchange Traded Commodities

Les Exchange Traded Products comprtent aussi des ETC qui ont comme sous-jacent des commodities – matières premières et devises :

  • Or
  • Argent
  • Poitrine de porc
  • Bois
  • Céréales
  • Pétrole
  • Ou autres paniers d’actifs.

La différence avec les ETF c’est que le sous-jacent n’est pas un indice.

Avec les ETP on peut investir sur le porc
ETF WISDOMTREE LEAN HOGS pour investir sur le porc ?

ETN : Exchange Traded Notes

Les ETN sont des Exchange Traded Products proches de l’obligation. À la différence près qu’on ne reçoit pas l’intérêt.

Ensuite, les ETN permettent d’avoir accès à des catégories d’investissement difficilement accessibles, comme la volatilité. Ainsi, l’ETN de code VXX (IPath Series B S&P 500 VIX Short Term Futures ETN) permet de spéculer sur l’indice de volatilité.

Enfin, attention ! Ces produits ETN sont soumis au risque de crédit de l’émetteur. S’il fait faillite, l’investisseur perd sa mise.

De plus, ils ne confèrent pas de titre de propriété. Alors que les ETF peuvent posséder les actions de l’indice qu’il suit, ce n’est pas le cas de l’ETN. En effet, ce dernier est plus comme une dette.

Les ETF et autres ETP à connaître

Précédemment nous avons déjà vu le Spider (code SPY). Mais d’autres sont connus et à connaître :

  • L’ETF S&P500 très connu est le IVV.
  • Quant au Nasdaq, vous avez le QQQ (surnommé cubes), le TQQQ (à levier) ou le SQQQ (short). Avec, en plus, cotés sur Euronext : UST et ANX.
  • Enfin, pour le Dow Jones, le DIA est très connu. Vu son code on le surnomme Diamonds.
  • Et pour finir, il y a encore :
    • BX4 pour shorter en -2x le CAC40
    • TIP sur les obligations,
    • UNG pour le gaz naturel
    • OIH pour le pétrole
    • XLE pour l’énergie
    • XLF pour la finance
    • IYR pour l’immobilier
    • BBH pour les biotechs
    • GD ou PHYS pour l’or
    • FXF sur le Franc Suisse,
    • VXX sur le VIX
    • BITO pour le bitcoin ou 21XH ou les cryptos ou X21L pour le Solana

Les risques des ETF et des Exchange Traded Products en général

Les ETP comportent des risques. Nous avons déjà parlé du risque de liquidité des ETN. Il y en a d’autres :

Primo, la volatilité et la qualité du sous-jacent

Un ETF sur le Nasdaq sera beaucoup plus propice à chuter rapidement qu’un sur une devise

Secondo : la liquidité

Comme tout actif tradé, si l’ETP coté n’est pas liquide vous allez vous taper un large spread. C’est pénalisant pour vous.

Tertio : les distributions de plus-values

Certains ETP distribuent des plus-values, ce qui se traduit par des impôts à payer. Là également, c’est pénalisant.

Quarto : l’effet de levier

Investir sur le Nasdaq avec un effet de levier, via le TQQQ, par exemple, est dangereux si l’on ne met pas de stop loss. En effet, le Nasdaq peut facilement baisser de 20%, ce qui fait 60% avec un effet de levier de 3x.

De même, si le CAC40 monte pendant un an, le BX4 baisse deux fois plus.

stop loss : halte aux pertes

Quinto : moins de flexibilité au niveau des imputations de pertes

En effet, quand in gère soi-même les actions en direct, plutôt qu’en passant par des Exchange Traded Products, on peut nettoyer son portefeuille et compenser des plus-values avec des pertes. Ce, afin de payer moins d’impôts sur la plus-value.

Avec un ETF, ce n’est plus possible.

Sexto : premium

Parfois le cours de l’ETP ne correspond pas tout à fait aux cours des sous-jacents. On peut risquer de payer une prime par rapport à ce que l’on aurait dû payer.

Septimo : pour ceux qui ont une conscience

Si vous ne voulez pas acheter d’actions de fabricants de cigarettes, impossible de demander au gérant de l’ETP de ne pas en acheter.

Octavo : plus de monde que de places

Ceci est un problème, surtout sur le SP500. Il y a tellement de fonds sur le SP500 que… Il n’y a pas assez d’actions pour tout le monde. Les fonds se prêtent entre eux les titres…

Ainsi, si l’indice venait à fortement chuter, tout le monde se précipiterait pour vendre. Et c’est la cata ! Pas de titres à vendre. Car c’est un peu comme si on avait acheté 5 fois le même titre. Vous voyez le problème ?

Mais « rassurez-vous  » ! Quand vous achetez un titre en direct, il peut aussi être prêté à quelqu’un qui ne pourra peut-être pas vous le rendre !

Nono : là, …

C’est juste pour utiliser le 9ème adverbe ordinal latin :-). Mais il n’est pas encore temps de s’endormir !

Car, passons au sérieux…

Comment se construire un portefeuille avec les ETP ?

Comment choisir les ETP ?

Tout d’abord, le choix d’un ETP se fait en :

  • choisissant le type de sous-jacent, si possible qui doit s’apprécier
  • regardant ses performances historiques. Un fonds qui ne fait que baisser, c’est niet.
  • puis, en examinant ses frais de gestion. À ce titre, Degiro en propose des sans frais d’entrée.
  • enfin, en vérifiant que la place de cotation est accessible. Certains ETFs US ne sont plus accessibles aux français.
Choisir le bon sous-jacent de l'exchange traded products

Des comparatifs d’ETF comme chez Boursorama sont disponibles. Vous pouvez aussi taper ETF dans la barre de recherche de TradingView. Enfin, Degiro propose des ETF à très bas prix. En effet, vous trouverez sur leur site une collections d’ETF dans divers domaines et secteurs.

Mais tout cela, c’est quand même pas mal de travail.

Utiliser les Exchange Traded Products sans rien faire

Alors, je vous ai dégoté un trader qui fait cela à merveille. Il suffit d’ouvrir un compte eToro (en passant par mon lien, c’est mieux), puis me demander quel est ce copytrader. Ensuite, il suffit de copier ses trades (c’est automatique). Tous les détails sont ici.

Construire un portefeuille ETF activement

Enfin, si vous voulez gérer vous-même, je vous conseille de vous concentrer sur quelques ETF seulement. Principalement, ceux sur le Nasdaq, le SP500 ou le DJIA. Et, là aussi, je vais vous aider. Car j’ai interviewé un trader qui ne fait que cela. Lisez on interview ici.

Vous pouvez aussi utiliser mon Screener TA pour choisir les meilleurs ETF.

Pratiquer le Dollar Cost Averaging sur les cryptos

Puis, j’allais oublier… Il est désormais possible d’investir sur le long terme avec des Exchange Traded Products sur les cryptos. Vue la possible progression qu’il reste aux cryptos, et leur succès, c’est une vraie bonne piste. Lisez mon article.

Vous pouvez aussi lire mon post sur la création d’un portefeuille pour la retraite. Merci !


 


Illustrations : canva

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge